CHARLES LAPICQUE (1898-1988)

Né le 6 octobre 1898 à Theizé (Rhône).

Mort le 15 juillet 1988 à Orsay (Essonne). XXe siècle.

 

Peintre de compositions religieuses, sujets de sport, sujets divers, animaux, paysages, peintre à la gouache, peintre de cartons de tapisseries, décorateur, graveur, dessinateur, illustrateur.

 

Il fut d'abord élève de l'Ecole des Beaux-arts d'Angers. Il vint à Paris en 1886, et y fut, un court temps, élève de Bonnat, puis d’Humbert qu'il assista dans la décoration du Panthéon. Mais il est certain que sa fréquentation du vieux Pissarro, aux environs de Paris, eut sur lui plus d'influence que les leçons de Bonnat.

Il figura à des expositions collectives: Salon des Indépendants, à Paris, en 1886, et Salon des Artistes Français. On le retrouvera au Salon d'Automne à la fondation duquel il participa en 1903 et dont il demeura membre du comité jusqu'à sa mort. Un ensemble de ses oeuvres fut présenté, en 1937, à l'Exposition des Maîtres de l'Art Indépendant, au musée du Petit Palais. En 1957, vingt ans après sa mort, un hommage lui fut rendu par une exposition rétrospective au musée des Ponchettes à Nice. En 1981, ses oeuvres furent montrées à Saint-Paul-de-Vence.

Il rencontra en 1893 au Salon des Indépendants, à Paris, Luce et Signac et adopta quelques années le pointillisme. Vivant dans les années 1900, à Lagny, marié et père de famille, il peignit, de 1900 à 1906, les proches bois de la Marne. C'est avec sa découverte du Midi que s'opéra la transformation la plus complète de sa peinture. Il continua par la suite à séjourner dans d'autres régions: Vendée, Bretagne, Normandie, en particulier les Andelys où il vécut en 1912, 1915 et 1921, mais son pays d'élection se situa entre Sanary et Nice.

Pendant plus de trente ans, les personnages de ses tableaux furent les membres de sa famille, et les décors, intérieurs ou jardins, bords de rivière ou plages, ceux des lieux où il séjourna, longuement. Après Saint-Tropez, Sainte-Maxime, c'est finalement au Cannet qu'il s'installa définitivement en 1924.

Ami et voisin de Bonnard, il s'en est rapproché par la similitude des thèmes. En revanche, si on l'a abusivement classé avec les Fauves, c'est s'en doute parce qu'il exposa avec eux, notamment au Salon d'Automne; pourtant l'admiration et l'amitié qui le liaient à Matisse, à Rouault, à Dufy, Valtat ou Manguin (c'est Manguin qui lui fit découvrir le Midi), n'entamèrent pas sa personnalité. Quoique à l'écart, Lebasque a connu de son vivant succès et estime. Il a travaillé aux décorations du théâtre des Champs-Élysées et à celles du transatlantique Paris.

 

ŒUVRES DE L'ARTISTE PRESENTES DANS LES MUSEES : NEW YORK Mus. of Mod. Art - PARIS Mus. Nat. d'Art Mod., BN, Cabinet des Estampes - OTTAWA - TORONTO - BRUXELLES Mus. roy. de Belgique - MUNICH - COPENHAGUE - ESSEN - NANTES - DIJON - GRENOBLE - QUIMPER.

 

 

 

 

 

 

 

Born in October 6th 1898 in Theize.

Died in July 15th 1988 in Orsay. Twentieth century.

 

Painter of religious compositions, sport subjects, animals, landscapes, painter in gouache, tapestry painter, decorator, engraver, draftsman, illustrator.

 

Born into a family that practices arts and sciences, Charles Lapicque, according to the classical humanist tradition will continue throughout his life, multiply experiences.

Both artist and scientist, he continued for a long time these two vocations parallel. Graduated in 1921 from l’Ecole Centrale, he worked as an engineer until 1928. Forced to accept a position of preparer in 1931 at the Faculty of Sciences of Paris, he took advantage of the resources of his laboratory to conduct research on color perception and implementing them in his painting, he do not hesitate to fully call into question the pictorial conventions of the Renaissance. The " grid system " he develops in 1939, derived from cubist space, Fauvism and Medieval art, is the culmination of his optical discoveries, themselves underpinned by an approach philosophical . This new style has a great influence on the painters of the exhibition " Twenty young painters of French tradition ", which involved Lapicque in 1941 at the Braun gallery.

 

In 1943, he abandoned his scientific career to devote himself entirely to his pictorial work. Going against the dominant trends of his time, he says in the fifties its commitment to figuration, while doing almost despite himself, a few forays into abstraction. He tries small and major genres, keeping a lifelong predilection for the theme of the sea, sumptuous colors and dynamic compositions, always seeking balance and happiness that awaits the paint.

ARTIST WORKS PRESENTED IN MUSEUMS: NEW YORK Mus. of Mod. Art - PARIS Mus. Nat. d'Art Mod., BN, Cabinet des Estampes - OTTAWA - TORONTO - BRUXELLES Mus. roy. de Belgique - MUNICH - COPENHAGUE - ESSEN - NANTES - DIJON - GRENOBLE - QUIMPER.

 

FAITES ESTIMER OU EXPERTISER VOTRE PEINTURE OU DESSIN DE CHARLES LAPICQUE

ENVOYEZ-NOUS UNE PHOTO ET LES DIMENSIONS PAR MAIL