LEOPOLD SURVAGE (1879 - 1968)

Né durant l'été 1879 à Moscou ou Wilmanstrand (Finlande).

Mort le 1er novembre 1968 à Paris. XXe siècle. Naturalisé en France.

 

Peintre de figures, portraits, paysages urbains, aquarelliste, peintre à la gouache, graveur, peintre de décor de théâtre, illustrateur. Figuratif puis abstrait.

 

Né à Moscou en 1879, il rentre en 1899 à l’Académie des Beaux-Arts où il rencontre Larionov, et Malevitch. Arrivé à Paris en 1909, il s’inscrit à l’atelier de Matisse. Lassé par la primauté de la couleur, il s’intéresse à la peinture de Cézanne dont il subit l’influence par l’utilisation du rythme comme élément constructif de la surface et par la simplification des formes. Dés 1910, les recherches des cubistes tels que Picasso, Villon et Gleizes attirèrent son attention. Il explore cette voie en l’élargissant et en la complétant au travers de sa série sur les villes. La charge onirique de ses décors tronqués qui mêlent comme un kaléidoscope vues urbaines, silhouettes et symboles, préfigurent l’univers des surréalistes et provoque l’enthousiasme de Guillaume Apollinaire.

En précurseur, dès 1912, il travaille à un film d’animation abstrait avec les encres sur papiers des Rythmes colorés, à cause de la guerre, le film ne verra pas le jour. Il fréquente Montparnasse et ses cafés, il rencontrera Léger, Archipenko, Gleizes, Max Jacob, Loutreuil, Cendrars et Modigliani qui réalisera son portrait. Il fonde la seconde Section d’or en 1919, avec Gleizes et Archipenko, qui expose les œuvres des artistes d’avant-garde. En 1922, il travaille pour le théâtre à la demande de Serge Diaghilev.

Lors de son séjour à Collioure vers 1924, sa palette évolue et se décline en un camaïeu de gris et de tons de terre. Par-delà le cubisme, en connivence avec le futurisme, les Rythmes colorés annonçaient ses recherches sur l’introduction du temps dans l’espace plastique qui le rapproche de De Chirico. Mais contrairement à lui qui énonce que, pour qu’une œuvre d’art soit immortelle il faut qu’elle sorte des limites de l’humain, Survage désire, lui, y inclure toute la réalité du monde.

 

Frappé par la fraîcheur des fresques de Pompéi, il décide de soustraire ses tableaux à l’altération inévitable du coloris en utilisant de la caséine pure. Son œuvre se nourrit de ruptures, d’intuitions brusques l’éloignant de toute emprise esthétique. On ne peut vraiment la nommer cubiste, abstraite ou surréaliste, bien que l'on retrouve quelque chose de ces trois tendances. Sans doute l'appellation qui conviendrait le mieux à Survage serait celle de précurseur du surréalisme pictural. Mais à condition de donner au terme surréaliste le maximum de qualité humaine, spirituelle et plastique qu'il détient en puissance. Il prit rapidement une place originale et féconde au milieu des principaux créateurs de l’Ecole de Paris.

 

ŒUVRES DE L'ARTISTE PRESENTES DANS LES MUSEES : CHICAGO - SAN FRANCISCO - MOSCOU - PARIS Musée Nat. d'Art Mod. - ATHENES - GENES - GENEVE - JERUSALEM - LYON.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Born in Summer 1879 in Moscow or Wilmanstrand (Finland).

Died in November 1st 1968 in Paris. Twentieth century. Naturalized French.

 

Painter of figures, portraits, cityscapes, watercolor, gouache painter, printmaker, painter of stage scenery, illustrator. Figurative then abstract.

 

Born in Moscow in 1879, he returned in 1899 to the Academy of Fine Arts where he met Larionov and Malevich. Arrived in Paris in 1909, he participate to Matisse's studio. Bored by the primacy of color, he is interested in Cézanne's painting which influenced him by the use of rhythm as a constructive element of the surface and the simplification of forms. Since 1910, cubists researchers such as Picasso, Villon and Gleizes, caught his attention. He explores this way, expanding and supplementing through his series on cities. Dreamlike charge his truncated sets that blend like a kaleidoscope cityscapes, figures and symbols, prefigure the world of surreal and causes the enthusiasm of Guillaume Apollinaire.

Precursor, since 1912, he worked in an abstract animated movie with inks on paper Rythmes colorés, because of the war the film will not be shown. He attended Montparnasse and its cafes, he meets Léger, Archipenko, Gleizes, Max Jacob, Loutreuil, Cendrars and Modigliani who realized his portrait. He founded the Second Golden Section in 1919 with Gleizes and Archipenko, which exhibited the work of avant-garde. In 1922, he worked for theater on Serge Diaghilev’s request.

During his stay in Collioure in 1924, his palette evolves and comes in shades of grey and earth tones. Beyond Cubism, in collusion with Futurism, Rythmes colorés announced his research on the introduction of time in plastic space, that resemble De Chirico. But unlike him, who states that, for an artwork to be immortal it must ensure the limits of human, Survage wish it all includes the real world.

 

Struck by the freshness of the frescoes of Pompeii, he decided to protect his paintings from the inevitable alteration of colors using pure casein. His work thrives under ruptures and sudden intuitions that get him away from any aesthetic control. We can’t really call him a cubist, abstract or surreal, although we find something of these three trends. Probably the name that best suits Survage should be the precursor of surrealism painting. But only upon giving the Surrealist term maximum of human, spiritual and plastic quality. He quickly took an original and prolific place between the main creators of the School of Paris.

 

ARTIST WORKS PRESENTED IN MUSEUMS: CHICAGO - SAN FRANCISCO - MOSCOU - PARIS Musée Nat. d'Art Mod. - ATHENES - GENES - GENEVE - JERUSALEM - LYON.

ESTIMATION OU EXPERTISE DE VOS PEINTURES ET DESSINS PROVENCAUX DE LEOPOLD SURVAGE

ENVOYEZ-NOUS UNE PHOTO ET LES DIMENSIONS PAR MAIL