RENE SEYSSAUD (1867 - 1952)

Né le 16 juin 1867 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Mort le 26 septembre 1952 à Saint-Chamas (Bouches-du-Rhône). XIXe-XXe siècles.

 

Peintre de paysages, marines, natures mortes, fleurs.

 

Né de parents vauclusiens, il passe son enfance près du Ventoux à Villes-sur-Auzon dans la ferme de ses ancêtres, le mas Pézet. Dès son plus jeune âge, il montre des aptitudes pour le dessin et la peinture et entre à l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille, puis à partir de 1885 dans l'atelier de Pierre Grivolas, à l'Ecole des Beaux-Arts d'Avignon. Il s'installe par la suite à Villes-sur-Auzon où, atteint de tuberculose, il peint pendant vingt ans. En 1904, définitivement guéri, il s'installe à Saint-Chamas, près du l'Etang de Berre, et mène une existence d'ermite consacrée à son art, à une poésie bon enfant et à sa famille. Il refuse tous les contrats et les propositions pourtant très intéressantes des marchands, entre autres un contrat que lui propose Vollard. Il fut officier de Légion d'honneur.

Il a participé à des expositions collectives, notamment à Paris: en 1892, Salon du Champ de Mars, puis aux Salons d'Automne, des Tuileries et des Indépendants; 1937 Maîtres de l'art indépendant. Il montre ses oeuvres dans des expositions personnelles à Paris en 1897 à la galerie Le Barc de Boutteville, à partir de 1899 à la galerie Vollard, ainsi qu'à la galerie Bernheim. Il obtint, hommage tardif, le Grand Prix d'Honneur des Provinces Françaises à la Biennale de Menton en 1951.

Il étonna très vite ses professeurs par la hardiesse de sa facture et de ses coloris. De ses séjours dans le Var et les Bouches-du-Rhône, il a rapporté des paysages. En 1892, il peint une toile dans le Vaucluse, les Châtaigniers, en employant des tons à l'état pur avec des touches larges et une harmonie surprenante, prenant place ainsi que Valtat, parmi les authentiques précurseurs du fauvisme. Le 27 avril 1901, Thiebault Sisson écrit dans le Temps: "Il faut ici mettre à la place qui lui revient la première, quelqu'un qui ne s'apparente à personne, qui ne fait partie d'aucun groupe et qui ne doit rien qu'à lui-même. Seyssaud, ce provençal solitaire et farouche, qui s'est formé lentement loin de Paris, est un maître". Son oeuvre est considérable, d'une unité de style extraordinaire, presque sauvage et brutale, elle nous séduit et nous l'admirons pour sa richesse de sa couleur et de sa violence, qui l'on fait surnommer parfois le "fauve noir". On lui doit aussi de grandes compositions décoratives.

 

ŒUVRES DE L'ARTISTE PRESENTES DANS LES MUSEES : NEW YORK - PARIS Mus. Nat. d'Art Mod - PARIS (Mus. du Petit Palais) - MOSCOU - MARSEILLE Mus. Cantini - AIX-EN-PROVENCE - AVIGNON - DRESDE - GRENOBLE - LYON - MONTPELLIER - LA REUNION...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Born in June 16th 1867 in Marseille.

Died in September 26th 1952 in Saint-Chamas. Nineteenth and twentieth centuries.

 

Painter of landscapes, seascapes, still lifes, flowers.

 

Born in a Provencal family, he spent his childhood near the Mount Ventoux in Villes-sur-Auzon in the farm of his ancestors, the mas Pézet. Since an early age, he showed an aptitude for drawing and painting and entered the Fine Arts School of Marseille, and then from 1885 in the studio of Pierre Grivolas at the Fine Arts School of Avignon. He moved later to Villes-sur-Auzon where, suffering from tuberculosis, he painted twenty years. In 1904, finally healed, he moved to Saint-Chamas, near the Etang de Berre, and leads a life of hermit devoted to his art, good-natured poetry and his family. He refuses all contracts and yet very interesting merchants proposals, including a contract with Vollard. He was an officer in the Legion of Honor.

He has participated in group exhibitions, including Paris : in 1892 Salon du Champ de Mars and the Salon d'Automne, Salon des Tuileries, Salon des Independents ; 1937 Salon des Maîtres de l’Art Indépendant. He shows his work in solo exhibitions in Paris in 1897 at the gallery Le Barc de Boutteville, from 1899 in Vollard Gallery, and in Bernheim gallery. He obtained a late tribute, the Grand Prix d'Honneur des Provinces Françaises in the Biennale Menton in 1951.

He quickly astonished his teachers, by the boldness of his dash and his colors. He stayed in the Var and Bouches-du-Rhône, and reported landscapes. In 1892, he painted a canvas in the Vaucluse, the Chestnut, employing pure tones with large dashes and an astonishing harmony, taking place, as well as Valtat, among the authentic precursors of Fauvism. In April, 27th 1901, Thiebault Sisson wrote in le Temps : "We must put in his proper place, someone who resembles to anybody, who belongs to any group, which owes nothing except himself. Seyssaud, this lonely and fierce Provencal, who slowly formed himself away from Paris, is a master". His work is significant, united in an extraordinary style, almost savage and wild, it seduces us and we admire it for its richness of color and its violence, which made him be sometimes nicknamed the "black beast." He’s made also large decorative compositions.

 

 

ARTIST WORKS PRESENTED IN MUSEUMS: NEW YORK - PARIS Mus. Nat. d'Art Mod - PARIS (Mus. du Petit Palais) - MOSCOU - MARSEILLE Mus. Cantini - AIX-EN-PROVENCE - AVIGNON - DRESDE - GRENOBLE - LYON - MONTPELLIER - LA REUNION...

FAITES ESTIMER OU EXPERTISER VOTRE TABLEAU PROVENCAL DE RENE SEYSSAUD

ENVOYEZ-NOUS UNE PHOTO ET LES DIMENSIONS PAR MAIL